Haendel le latin

Georg Frederich Haendel, Dixit Dominus

Laudate pueri Dominum , Concerto pour Orgue et orchestre op.7 en fa Majeur « Le Coucou et le Rossignol »

En 1706, Georg Friedrich Haendel alors age de 21 ans entame un voyage de trois ans en Italie qui le conduira a Rome, Florence, Naples et Venise.

C’est a cette epoque qu’il compose son « Laudate pueri Dominum » ainsi que son « Dixit Dominus », lui permettant de faire une entree remarquee sur la scene romaine.
Profondement touches par la beaute de ces œuvres, les autorites religieuses d’alors proposent au jeune Haendel, qui n’a jamais cache ses origines protestantes, de se convertir au catholicisme, ce qu’il declinera poliment.

La musique sacree en latin tient peu de place dans l’œuvre de Haendel, mais elle fournit un temoignage precieux de l’epanouissement du genie du compositeur lors de son sejour italien, entre la frenesie affirmative des chœurs et l’eloquence du discours des solistes.

Quant au concerto pour orgue (invention toute « haendelienne » !) en fa Majeur (« Le Coucou et le Rossignol ») compose en 1739, il trouvera naturellement sa place entre les deux œuvres sacrees proposees dans ce programme, car c’est dans le cadre de l’oratorio que s’est d’abord inscrite cette forme musicale : il n’est pas faux de penser que Haendel, jouant de sa virtuosite et de ses qualites d’improvisateur, s’etait donne pour mission de ramener par ce biais un public qui s’etait detourne de la musique sacree.