(c) S. Margat

Bohème, Bohémiens, bohèmes … Des mots qui évoquent le voyage, l’exotisme, la contemplation de la nature, le chant, l’exaltation de la liberté, le mystère …. La figure du tzigane est au cœur de l’imaginaire de nombreux compositeurs du XIXè à nos jours. Exemple remarquable, Zigeunerleben (« Vie tzigane ») de Schumann, décrit la scène inquiétante et fascinante d’un camp de Bohémiens dans la forêt. Brahms composa quant à lui ses onze Zigeunerlieder (« Chants tziganes ») au retour d’un voyage à Budapest.

affiche Bohèmes - pour web - blanche

Les compositeurs hongrois – Bartok, Ligeti, Kodaly- ont puisé eux ausssi dans la musique populaire des thèmes musicaux et des propos directement inspirés de la vie des Tziganes.

Plus proche de nous, Philippe Hersant, s’empare d’un texte de Georg Trakl, Der Wanderer (« Le voyageur ») et le confie à un choeur d’homme accompagné par un piano grave et hypnotique.

Le texte du Jardin Féérique de Maurice Ravel, transcrit pour choeur par Thierry Machuel, évoque une promenade sensorielle dans un jardin merveilleux. Ce même esprit féérique traverse ses Trois Chansons pour choeur au tournant du XXème siècle, mêlant humour (Nicolette) et profondeur (Trois beaux Oiseaux du Paradis), innocence et malice (La Ronde).

Johannes Brahms, Zigeunerlieder

Robert Schumann, Zigeunerleben


Franz Schubert, Ständchen

Philippe Hersant, Der Wanderer

Veljo Tormis, Lauliku

Gyorgy Ligeti, Magàny

Zoltan Kodaly, Tùrot eszik a cigàny


Maurice Ravel, Le jardin fééerique (transcription pour choeur), Trois chansons