(c) S. Margat

 

 

“Je me suis livré à une noble occupation : arranger mon œuvre immortelle, afin qu’elle fasse à son tour les délices des âmes à quatre mains…”

 

(c) S. Margat

 

C’est ainsi que Brahms annonce à son éditeur avoir terminé une réduction de son Requiem allemand pour piano. Plus qu’une simple réduction d’orchestre, cette version de chambre établit un nouvel équilibre entre les voix et les instruments.

Cette réédition, dite “de Londres” fut utilisée pour la création de l’oeuvre en Angleterre, avec un chœur d’une trentaine de chanteurs.

Johannes Brahms

Ein Deutsches Requiem